La Collection

Ampoule électrique au mercure « banner H33 » de Sylvania

CSTMC/SMSTC – 1992.1697 – Tom Alföldi 


Lieu actuel :

Réserve des collections

Provenance :

Ontario Hydro fait l’acquisition de cet artefact pour son Museum of Electrical Progress à la fin des années 1960 et, en 1992, la société le transfère dans la collection nationale.

Historique technique :

Cet artefact est ce qu’on appelle une ampoule électrique au mercure achromatisée. Même si elles étaient plus efficaces que les ampoules incandescentes ou fluorescentes, les premières lampes au mercure produisaient une lumière d’un vert bleu peu attrayant. En 1958, on leur a appliqué un enduit phosphorescent afin d’améliorer la qualité de la lumière et son émission. Cet enduit, qui convertissait les rayons UV non utilisés en une lumière rouge et diminuait le spectre de lumière jaune-vert, réduisait l’efficacité de l'ampoule de 20 % à 25 %. Toutefois, l’éclairage ainsi produit convenait mieux aux espaces commerciaux, industriels et récréatifs.

Historique :

Plus efficaces que les lampes incandescentes et fluorescentes, les lampes au mercure – aussi appelées lampes à vapeur de mercure – généraient un arc électrique dans du mercure vaporisé pour produire de la lumière. Dès 1835, les scientifiques européens ont mené des expériences avec la lumière ainsi produite. Les premières lampes au mercure commercialisées sont fabriquées aux États-Unis en 1901, par Peter Cooper Hewitt. En 1948, ce type de lampes servait à l’éclairage des rues, et dès l’amélioration de la couleur de la lumière en 1958, elles étaient couramment utilisées pour éclairer de grands espaces intérieurs, comme les bibliothèques, les banques, les halls et les gymnases.

Galerie de photos :

Retour au haut de la page